Assassinio di Pierre Gemayel.

Liban

Assassinat de Pierre Gemayel dans la banlieue de Beyrouth

( Mardi 21 novembre 2006 )

 

Le ministre de l’Industrie Pierre Gemayel, fils de l’ancien président Amine Gemayel, a été assassiné mardi dans la banlieue de Beyrouth, ont annoncé la radio de son parti et l’agence de presse officielle libanaise.

Pierre Gemayel a été blessé par balles dans la rue et admis dans un état grave dans un hôpital voisin où il est décédé, a précisé la radio Voix du Liban, contrôlée par son parti, la Phalange libanaise. L’Agence de presse nationale a confirmé l’information.

Selon des témoins, un ou des inconnus ont ouvert le feu sur Pierre Gemayel alors qu’il se trouvait à bord de sa voiture à Jdeideh, un faubourg situé à l’extrémité nord de la capitale, qui est également sa circonscription électorale. Ils ont expliqué qu’une voiture avait percuté son véhicule par l’arrière, puis un homme en est sorti et lui a tiré dessus.

Pierre Gemayel, qui était ministre de l’Industrie dans le gouvernement de Fouad Siniora, était le fils de l’ancien président Amine Gemayel, actuel chef du parti phalangiste. La Phalange libanaise appartient à la majorité parlementaire. Son oncle Bachir Geyamel avait été assassiné en 1982 alors qu’il venait d’être élu à la présidence de la République.

Saad Hariri, chef de cette majorité parlementaire et fils de Rafic Hariri, ancien Premier ministre lui-même assassiné en février 2005 à Beyrouth, a interrompu une conférence de presse télévisée en apprenant l’attentat contre Gemayel.

Dans un entretien accordé ensuite à la chaîne américaine CNN, il a qualifié le ministre de l’Industrie d’"ami" et de "frère". "Nous traduirons en justice tous ceux qui l’ont tué", a-t-il prévenu, avant d’accuser implicitement la Syrie. "Nous croyons que la main de la Syrie est partout".

A Washington, le département d’Etat américain a condamné cet assassinat et dénoncé un acte de terrorisme destiné à intimider la coalition gouvernementale. "Nous sommes choqués par cet assassinat", a réagi le sous-secrétaire d’Etat Nicholas Burns devant la presse, avant d’ajouter que les Etats-Unis le percevaient comme un acte d’intimidation à l’encontre de la coalition de Fouad Siniora. "Nous apporterons tout notre soutien au gouvernement Siniora dans les jours et les semaines qui viennent".

 

Damas a également fait part de son indignation. "Cet acte méprisable a pour objectif de détruire la stabilité et la paix au Liban", a réagi un responsable syrien cité par l’agence de presse officielle SANA.

 

Cet assassinat intervient alors que le Liban était déjà plongé dans une crise politique profonde avec le départ des ministres du Hezbollah et d’Amal du gouvernement Siniora.

Pierre Gemayel avait été élu pour la première fois au Parlement en 2005. Etoile montante du parti phalangiste, il était considéré comme un des plus jeunes membres de la législature.

C’est la cinquième personnalité de la vie politique libanaise à être assassiné en deux ans, depuis Rafic Hariri, tué dans un attentat à la voiture piégée le 14 février 2005. Les autres victimes étant, les journalistes Samir Kassir, Gebrane Tueni ainsi que Georges Haoui ancien secrétaire général du Parti communiste libanais.

 

Mardi, 21 novembre 2006 – Avec les agences de presse

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato.

Questo sito usa Akismet per ridurre lo spam. Scopri come i tuoi dati vengono elaborati.